Bornes de recharge conformes au droit de l'étalonnage grâce au SAM

Le marché de l'électromobilité connaît une forte croissance, et avec lui le besoin en stations de recharge. Afin que tout se passe correctement pendant la recharge, et que les consommateurs puissent se fier aux facturations, les stations de recharge doivent depuis 2019 être conformes au droit de l'étalonnage. 

Mais en quoi consiste ce droit de l'étalonnage ? Comment les bornes de recharge sont-elles rendues conformes au droit de l'étalonnage ? Et qu'est-ce qui rend ici la solution SAM aussi attractive ? À votre intention, Compleo aborde ces questions dans des articles compacts. Procurez-vous rapidement une vue d'ensemble fondée de cette thématique et vous verrez comment il est possible au final de respecter judicieusement et intelligemment, sur le marché, la loi sur l'étalonnage malgré ses sévères exigences et la complexité du développement.

Comment fonctionne le SAM ?

Incorporer le module SAM® de stockage et d'affichage des transactions ...et voilà votre station de recharge conforme au droit de l'étalonnage. Pas de maintenance, pas de logiciel dans le Cloud, pas de frais mensuels. Tout cela, le module mémoire et d'affichage certifié (abrégé SAM®) le permet. Mais comment se présente en détail cette solution signée Compleo ?

Depuis 2019, les stations de recharge doivent être conforme au droit allemand amendé de l'étalonnage. Compleo a opté pour une solution locale à la fois stable, fiable et sûre. Elle fonctionne absolument sans restrictions supplémentaires ni frais de fonctionnement. Le chemin conduisant à la maturité commerciale a toutefois été long.

Il a fallu deux ans et demi pour développer le SAM®. Comme la seule solution sur le marché qui respectait les règles d'étalonnage n'était pas idéale du point de vue de Compleo, l'équipe dirigée par le chef d'équipe de Compleo pour le développement de l'ingénierie électrique, Ingo Stahl, a mis au point une solution locale pour les stations de recharge qui était convaincante dans la pratique. L'objectif était de permettre aux opérateurs de se détendre et d'oublier la loi d'étalonnage lors de la mise en service du module de stockage et d'affichage. La fourniture d'un backend supplémentaire par l'opérateur ainsi que l'effet de verrouillage associé par le fournisseur sont ainsi éliminés.

Pour garantir une flexibilité maximale, il était important pour les développeurs que le client final n'ait besoin d'aucun logiciel de transparence.

 

« Le concept local a pour effet que je résous tout à l'intérieur de la station de recharge, ce qui permet de stocker des mesures non reproductibles. Cela à son tour est nécessaire pour une réalisation conforme au droit de l'étalonnage »,

 

C'est ce qu'explique Ingo Stahl. De son point de vue, c'est la solution la plus sensée, "pour ne pas avoir à mettre en place des serveurs ou à se soucier de l'endroit où ils sont stockés et des personnes impliquées dans le processus commercial. La mise en œuvre locale était donc la plus évidente pour nous". Et au lieu de contraindre les opérateurs, le SAM® leur permet de mettre en œuvre la loi d'étalonnage de manière simple et durable.

Pour mettre en œuvre SAM®, Compleo a d'abord examiné quelles solutions étaient déjà disponibles sur le marché et quels autres concepts existaient. Ainsi, les ingénieurs ont rapidement trouvé la meilleure façon de mettre en œuvre le concept préféré.

Les nombreuses visites aux autorités ont été particulièrement difficiles. D'un point de vue technique, la compatibilité électromagnétique, ou CEM en abrégé, représentait le plus grand défi. "Il n'y a pas de norme de produit pour les accessoires de compteurs, c'est pourquoi nous avons certifié le SAM® ainsi que les compteurs d'électricité selon la norme des compteurs", explique M. Stahl. Cette norme contient des exigences en matière de CEM qui sont trois fois plus élevées que pour les stations de charge normales.

« En matière de rayonnement pénétrant (EMC), même les appareils médicaux ne répondent pas à des exigences aussi dures que celle de la norme sur les compteurs. »

Cela a entraîné un effort de développement qui a nécessité plusieurs mesures, corrections et optimisations.

Deux ans et demi plus tard, la solution interne était prête - et, tout comme le site de production lui-même, elle a été certifiée avec succès par le Physikalisch-Technische Bundesanstalt (PTB). "Avec le recul, mon équipe et moi sommes fiers d'avoir respecté le calendrier serré", déclare Stahl, satisfait de cette réalisation. Les ingénieurs travaillent actuellement à la mise au point d'un compteur de courant continu certifié.

Les bornes de recharge deviennent ainsi conformes au droit de l'étalonnage.

Depuis le 31 mars 2019, les stations de recharge doivent être conformes au droit de l'étalonnage. Que signifie cela exactement ? Quelles sont les différentes solutions existantes ? Est-ce encore possible après coup ? Nous répondons à tout cela dans cet article.

L'avenir est aux voitures électriques. Elles font le plein d'électricité aux stations de recharge. Mais comment les consommateurs peuvent-ils avoir la certitude de ne payer que le courant qu'ils ont effectivement chargé ? Le droit de l'étalonnage sert précisément à garantir une réponse fiable.

Il précise les exigences auxquelles les instruments de mesure doivent satisfaire pour obtenir des résultats de mesure fiables. Les résultats doivent être vérifiables, présentés sous une forme appropriée et traités de manière à éviter toute falsification. (Pour plus d'informations, veuillez lire « Le droit de l'étalonnage bien expliqué ».)

À titre de solution, deux démarches différentes sont ressorties : via le logiciel ou via le matériel. Une solution logicielle requiert une interface opérateur pour les clients en fin de chaîne, ce qui engendre des frais supplémentaires (de licence) et requiert une maintenance. En bref : le logiciel accroît les frais. En outre, avec les solutions logicielles, l'exploitant de stations de recharge est la plupart du temps lié à la solution informatique du fournisseur. La plupart du temps, un changement de fournisseur en souplesse n'est pas possible.

Une solution matérielle par contre est stable, fiable et sûre. Elle fonctionne absolument sans restrictions supplémentaires du fait d'un logiciel ou de frais mensuels quelconques. Par exemple des droits de licence supplémentaires disparaissent et l'exploitant n'est tenu de fournir de son côté aucun logiciel dans le Cloud. À la place, il peut comme à l'habitude recourir à une liaison avec sa plateforme de supervision classique.

Compleo également mise sur une telle solution avec son module de mémoire et d'affichage certifié (abrégé SAM®). Le SAM® est une solution locale à l'intérieur de la station de recharge. Chez Compleo, le renouvellement est déjà certifié, de sorte que les stations de recharge existantes peuvent être équipées pour les rendre conformes au droit de l'étalonnage. Tout comme le site de fabrication lui-même, aussi bien le module B que le module D sont certifiés pour garantir une qualité constante et remplir ainsi les exigences du droit de l'étalonnage. En outre, une mémoire intégrée est déjà présente dans le SAM®, ce qui dispense de fournir un logiciel supplémentaire pour sauvegarder les valeurs.

Dans l'intervalle, toutes les stations de recharge AC sortent d'usine équipées du SAM® et sont donc conformes au droit de l'étalonnage. Compleo travaille déjà sur des stations de recharge en DC. Les stations de recharge existantes peuvent être équipées a posteriori du SAM® pour se conformer également aux exigences légales d'une mesure et d'une facturation fiables.

Le droit de l'étalonnage bien expliqué

Depuis 2019, les bornes de recharge doivent être étalonnées. Mais en quoi consiste ce droit de l'étalonnage à vrai dire, où nous concerne-t-il encore et pourquoi est-il nécessaire aux bornes de recharge? Nous expliquons cela et de nombreux autres principes dans cet article.

En Allemagne, le droit de l'étalonnage se compose de la « Loi sur les mesures et l'étalonnage » (MessEG) et de l'« Ordonnance sur les mesures et l'étalonnage » (MessEV). Ce droit énonce les exigences que les appareils de mesure doivent respecter pour obtenir des résultats de mesure fiables. Les résultats doivent être vérifiables et représentables de manière appropriée, et traités d'une manière les mettant à l'abri des falsifications.

Pour simplifier, le droit de l'étalonnage réglemente tous les domaines fondamentaux dans lesquels la facturation est basée sur la quantité, comme c'est le cas par ex. lorsqu'on refait le plein d'une cuve de chauffage centrale ou avec un compteur d'électricité à la maison. Pour les consommateurs, le lien avec droit de l'étalonnage est très discret...et pourtant omniprésent : Ainsi par exemple toutes les pompes à carburant des stations-service ou toutes les balances des supermarchés doivent être étalonnées. Cela garantit par exemple que 100 grammes de produit pèsent effectivement les 100 grammes qui s'affichent.

Et comme pour un plein de carburant, les consommateurs veulent être sûrs que seul leur sera facturé le courant effectivement entré dans la batterie pendant la recharge. Sur les bornes de recharge, le droit de l'étalonnage est même encore plus important :en effet près de la borne il n'y a normalement ni guérite de caissière ni caissière et un paiement en espèces par ex. est impossible. Pour cette raison, seules les bornes de recharge conformes au droit de l'étalonnage peuvent encore être installées.

Être conforme au droit de l'étalonnage ne signifie rien d'autres que respecter les critères énoncés dans l'ordonnance sur l'étalonnage. Y veillent des organismes de contrôle reconnus par l'État, qui se charge d'étalonner les bornes de recharge. C'est l'Office fédéral physico-technique (PTB) qui se charge de la métrologie. À ce titre, il tombe dans le domaine d'activité du Ministère fédérale de l'économie et de la technologie. Les offices d'étalonnage s'occupent à leur tour des opérations d'étalonnage ou les surveillent.

En général, on peut dire que la loi de calibrage est nécessaire lorsqu'une mesure ne peut pas être répétée et lorsque les deux parties impliquées dans le processus commercial ne sont pas présentes en même temps. Dans un tel cas, la transaction doit être sécurisée d'une autre manière, par exemple en stockant la transaction directement dans la station de recharge, comme dans le cas du module de mémoire et d'affichage (SAM), et en la rendant ainsi contrôlable ultérieurement.

En bref : Le droit de l'étalonnage garantit que les consommateurs ne paient que ce qu'ils ont effectivement pris comme énergie.

Solution SAM locale: Pourquoi la vérification sur place ne pose aucun problème ?

  • Les exigences de la loi sur l'étalonnage peuvent être satisfaites avec un "concept local" tel que SAM®.
  • Cette mesure de renforcement de la confiance élimine la nécessité de revérifier les valeurs mesurées dans la pratique.
  • L'envoi de toutes les valeurs mesurées et facturables au backend du CPO via le protocole ouvert OCPP est garanti.
  • Cette opération génératrice de confiance rend superflue dans la pratique une nouvelle vérification des valeurs mesurées. 
  • Le CPO reçoit la possibilité de lire la mémoire du SAM® via la télémaintenance.
  • Même avec les solutions alternatives qui offrent un affichage à distance sous la forme d'un logiciel de transparence, la clé publique attachée au compteur du point de charge est en fin de compte contraignante en cas de litige. Cela nécessiterait également une vérification sur place pour déterminer l'exactitude de la clé publique.
  • Toutes les exigences de la loi sur le calibrage sont remplies.
  • S'ils le souhaitent, les utilisateurs peuvent photographier les résultats de mesure à la fin de l'opération de recharge
  • Même avec des solutions alternatives de GLF, une vérification sur place de la public key est nécessaire en cas de litige.